Et si on parlait… sport!

MorinAlainEt plus particulièrement de… hockey, en ce temps des séries de la Coupe Stanley. Le hockey, ce sport que tout jeune québécois apprenait à pratiquer dès qu’il pouvait donner ses premiers coups de patins. Et, évidemment le hockey du « Canadien» qui, dès 1956, faisait de moi un très jeune partisan par le truchement du premier téléviseur que mes parents avaient pu se procurer.

Pour les « fans » de ma génération, parler de hockey, c’est évidemment parler des « séries de la coupe Stanley » auxquelles le « Canadien » était « abonné » presque de droit divin. Et sur lesquelles il régnait de façon impériale, presque outrageusement, tellement l’équipe était dominante. À preuve: au cours des 30 séries éliminatoires annuelles auxquelles elle a participé entre les années 1955-56 et 1985-86, elle a remporté la Coupe Stanley à 16 reprises, pour un taux d’efficacité de 53%. Sans oublier la séquences de cinq conquêtes successives entre les saisons 1955-56 et une autre série de quatre conquêtes successives au cours des saisons 1975-76 à 1978-79.

C’est dire à quel point ceux et celles de ma génération ont été « choyés » d’être les témoins privilégiés des performances étincelantes des Jacques Plante, Maurice Richard, Jean Béliveau, Bernard Geoffrion, Doug Harvey, Dicky Moore, Ken Dryden, Guy Lafleur, Steve Shutt, Jacques Lemaire, Serge Savard, Guy Lapointe, Larry Robinson, Patrick Roy. On comprend mieux aussi pourquoi le hockey tient une place si importante dans la culture québécoise: pour des milliers et des milliers d’hommes et de femmes du Québec, il s’avéra un puissant vecteur de l’affirmation « nationale ». Il fut d’ailleurs un temps où, en compagnie du catholicisme, ce sport était une des composantes majeures de l’identité québécoise.

Mais autre temps, autre réalité puisque, aujourd’hui, sous la contrainte des puissantes « forces du marché » qui se sont exercées sur lui et qui l’ont profondément transformé, ce sport est désormais devenu, d’abord et avant tout, une affaire de « gros sous », tant pour les joueurs que pour les propriétaires. Et jeudi le 16 mai dernier, c’est un club « Canadien » meurtri et amoché qui rendait les armes en cinq parties devant les « Sénateurs » d’Ottawa. Amère déception pour tous ces « fans » d’aujourd’hui dont les attentes étaient disproportionnées face aux capacités intrinsèques de leur club favori. Mais lueur d’espoir pour un club qui « revient de loin » et qui n’a pas goûté à l’euphorie d’une autre conquête de la Coupe depuis la saison 1992-93, (20 ans). Comme le disait l’entraîneur Michel Therrien, avec beaucoup de lucidité, au moment de la reddition: « Il reste encore beaucoup de travail à faire. » Que dire de plus ?

Alain Morin

One Response to Et si on parlait… sport!

  1. marty330 says:

    Effectivement, il est vrai de dire que le hockey est devenu un sport où l’argent a pris une importance dans les marchés. Cependant, je crois que la passion du hockey et toujours aussi forte pour les joueurs et les partisants. Ce sport permet de mobiliser des impressionnates foules pour un simple match de hockey. Les Canadiens de Montréal représentent beaucoup plus qu’une équipe de hockey aux yeux de la population québécoise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :