C’est quoi l’automne, se demande ma mère?

NdayiragijeGilbertIIl ya une semaine j’ai téléphoné à mes parents pour prendre de leurs nouvelles. Après avoir parlé à mon père, c’était le tour de ma mère. En demandant comment était sa santé, elle m’a signifié qu’elle était fatiguée parce qu’elle a travaillé fort vu que les premières pluies étaient tombées et que c’était la période de semer le maïs et le haricot. Elle m’a demandé la saison qu’il fait à Mont-Laurier et ce que les cultivateurs font actuellement. J’ai eu des difficultés à expliquer  et à faire comprendre à ma mère à quoi ressemble l’automne et les activités automnales.

Maman, chaque année quand l’été plie ses bagages l’attente de l’automne provoque des sentiments divers un peu comme chez nous en attente de la saison des pluies. Pendant ce temps, au lieu de cultiver on se presse à tout rentrer car on attend des températures basses.

Contrairement à chez vous; dans la région des Laurentides, il y a beaucoup de touristes attirés par de nombreux lacs qui font la joie des pêcheurs qui aiment taquiner les poissons. Le gibier de nos forêts très colorées attire aussi de nombreux chasseurs à l’orignal et chevreuil.  Il y a d’autres encore qui viennent juste pour le simple plaisir de marcher dans le bois pour voir les différentes couleurs des feuilles avant que celles-ci ne tombent. Autre chose qu’on observe c’est que les oiseaux migrateurs s’envolent vers les pays chaud pour échapper au froid qui commence à l’automne. En les regardant voler, c’est de toute beauté car on dirait que c’est un vol organisé et en groupe… vu qu’il y a un oiseau en avant pour couper le vent et cela à tour de rôle pour chaque volaille.

As –tu été capable de comprendre ce qu’est l’automne au Québec? Dans sa réponse positive, je crois qu’elle n’a rien compris ou tout simplement qu’elle n’a pas aimé cette saison qui fait fuir les oiseaux et pendant laquelle on ne cultive pas. Pour son moral je lui ai annoncé que je serai en vacances dans moins de trois semaines et qu’on pourra encore en parler chez-elle en partageant la bière locale qu’elle a eu toujours la joie de m’offrir.

Gilbert Ndayiragije

Les vacances d’été!

NdayiragijeGilbertIAu Québec, on vit quatre saisons bien distinctes. Pour un étranger, les trois se confondent en une seule à savoir l’hiver si on s’en tient à ce qu’elles sont caractérisées par le froid ou la chaleur. Pendant alors l’hiver, le froid empêche d’être souvent  en pleine air, on doit s’habiller chaudement pour sortir ou faire le sport d’hiver. Les gens travaillent fort pendant ce moment pour se reposer quand il fera chaud.

Ils ont hâte de voir fondre la neige, d’arrêter de pelleter, afin de faire les jardins et faire pousser les fleurs, de voir les bourgeons sortir, la verdure et de couper le gazon. Tout le monde  attend alors impatiemment, la belle saison, la saison d’été, la saison des vacances. Ceux qui ne réussissent  pas à l’attendre partent quelques semaines au Sud pour une pause à la chaleur.

On remarque la concentration des gens mais également de la joie d’apprêter les chalets, les roulottes et les motorisés pour cette occasion. Il ne faut pas oublier les bateaux, les pontaux, les motos marines, les bicyclettes, les jeux pour agrémenter les vacances. Les commerçants ne se plaignent pas pendant cette période parce que les vacanciers s’approvisionnent en linges adaptés, du gaz et de la bonne bouffe BBQ accompagnée de la bonne boisson. Les vacanciers sont de bonne humeur et gentils.

Vive les vacances, félicitations aux vacanciers, vous le méritez après tant de mois de travail et de froid. Reposez –vous bien, gâtez-vous suffisamment, emmagasinez et économisez les énergies et la chaleur parce que l’autre saison, la très grande et longue, vous attend à l’heure et à l’endroit convenu!

 Gilbert Ndayiragije

Les Richelieux et les jeunes moins favorisés!

NdayiragijeGilbertILe club Richelieu de Mont-Laurier a été fondé en 1948. Il fait partie de la grande chaîne du mouvement Richelieu qui existe à travers toute la francophonie. En plus de travailler à la promotion du français et au développement de la personnalité de ses membres, ce club comme la plupart des autres a pour mission de venir en aide aux jeunes et plus particulièrement à ceux qui sont moins favorisés.

Pour ce faire, il organise des activités de financement dont le festival de homard qui a eu lieu le 11 mai dernier. Les profits générés par cette soirée serviront entre autres à doter d’ordinateurs portables les élèves d’une école de Mont-Laurier pour utilisation scolaire, de bourses d’études à des jeunes méritants et à commanditer le tournoi annuel de hockey junior qui se déroule en janvier de chaque année.

Cette activité qui rassemble chaque année autour de 400 personnes en majorité des hommes et des femmes d’affaires, est une occasion parmi tant d’autres, pour montrer leur générosité envers les pauvres. En effet, plus d’une personnes sont tentés de penser que les personnes aisées financièrement ne sont plus sensibles aux besoins des autres. Eh bien non! Ces Richelieux ont travaillé fort, ils ont dépensé beaucoup d’énergie et d’argent, non pas pour le plaisir de manger le homard, mais pour venir en aide à cette jeunesse. Oui ces hommes sont des catholiques éclairés par la parole de notre Seigneur : « Tout ce que tu as fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que tu l’as fait ».Mt25,40.

On n’est porté à penser que le souper homard coûte cher :125$. Oui c’est cher pour un seul souper qui ne contient même pas un verre de vin. Non ce n’est pas cher parce que ce n’est pas le homard qui coûte ces dollar, mais cette noble cause de venir en aide à cette jeunesse défavorisée. Oui c’est cher la formation et certains jeunes ont besoin des hommes et des femmes de charité pour avoir accès à l’éducation comme les autres.

La dignité de l’être humain ne dépend pas de sa situation économique. Mes félicitations à tous les richelieux qui ont organisé cette activité et je remercie sincèrement tous les participants pour la réussite de cette soirée.

Gilbert Ndayiragije

Carême et jeûne: privation ou partage?

NdayiragijeGilbertIAu début de ce carême, j’ai demandé à certains de mes amis Lauriermontois ce qu’est le jeûne pour eux. Unanimement, ils m’ont indiqué que le jeûne est un temps de privation ou de sacrifice. Ils se privent de manger de la viande le mercredi des cendres et les vendredis, les desserts, les chocolats, ils se privent même de fumer pendant le carême.

Ils ont voulu savoir comment ça se fait dans mon pays. Après avoir expliqué que dans mon pays les desserts et les chocolats sont rares ou inexistants pour la majorité de la population, j’ai répondu que ce serait insensé de demander aux gens de se priver de quelque chose auquel ils n’ont pas accès. Concernant la viande, beaucoup de personnes n’ont pas de moyens pour s’acheter de la viande régulièrement et peuvent passer plus de 6 mois sans manger un morceau de viande. Là aussi on ne peut pas se priver de ce que l’on ne possède  pas.

Alors j’explique à base de trois exemples  que jeûner c’est se priver de quelque chose que l’on aime pour partager avec ceux qui sont dans le besoin. C’est se priver pour être plus généreux envers les pauvres. Au Grand Séminaire, pendant le carême, certains séminaristes se privaient de manger du pain le matin, de prendre un verre de bière le dimanche pour donner cet argent aux pauvres ou aux prisonniers. D’autres se privaient de faire le sport pour consacrer ce temps à cultiver les légumes, les patates, les tomates qui seront données aux pauvres. Bref, jeûner, ce n’est pas faire des économies mais c’est se priver pour partager, pour être plus généreux et plus attentifs aux pauvres.

Gilbert Ndayiragije

Un dernier mot de la rédaction

Un grand merci pour votre patience et vous souhaintant une bonne année 2013.

La rédaction

Encore un test, vous pouvez me jeter!!!

Bonjour à tous, nous devons encore vous acheminer ce message (et un autre suivra dans quelques instants). C’est le prix à payer pour mettre le site blogue à jour… Pour ceux qui veulent, la majorité des abonné-e-s- aux blogue, faire cesser ces courriels… Nous comprenons les inconvénients et sommes prêts à recevoir vos commentaires…

Ces derniers, vos commentaires, étant malheureusement trop rares de votre part.

Encore merci de votre patience, nous n’avons qu’un dernier envoie à vous faire et la situation sera de nouveau normale à partir de lundi prochain.

La rédaction

encore un test

la rédaction

%d blogueurs aiment cette page :