Avez-vous vu le Fils de Dieu ? Moi, je l’ai vu !

RicherMarcVous me direz : « Pour qui te prends-tu ? ». Alors, c’est que vous n’avez pas vu le film « The Son of God » produit par Mark Burnett et son épouse Roma Downey, qui sont tous les deux catholiques. L’acteur qui incarne Jésus, Diogo Morgado, est également catholique. J’ai vu ce film au cinéma; il devrait être offert sous peu en DVD.

Je vous le recommande, d’autant que je le qualifie d’évangélique, au sens où nous accompagnons Jésus de sa naissance, jusqu’à son ascension. Au-delà des images, ce sont les paroles de Jésus que nous connaissons depuis notre enfance, que nous pressentons et entendons d’une scène à l’autre. Évangélique, parce que le narrateur qui nous parle au début et à la fin du film, c’est l’évangéliste Jean.

Une scène qui m’a touché, est celle où les disciples demandent à Jésus : « Apprends-nous à prier! » Voyant Jésus leur apprendre la prière du « Notre Père », ma pensée est à l’égard du pape François qui, dans son exhortation apostolique « La joie de l’Évangile », nous invite à retrouver une manière d’être disciples par notre joie d’être chrétien. Être chrétien à la suite et à la manière de Jésus, il me semble que c’est vivre de son mieux et quotidiennement la foi, l’espérance et la charité, ces trois belles vertus que l’on nomme « théologales », vertus qui nous permettent de nommer Dieu par nos paroles et surtout par nos actes.

Cette belle scène du film « Le Fils de Dieu » m’a touché et me permets de vous partager que lorsque nous prions le « Notre Père », nous évoquons ces trois vertus, et nous nous confions à Dieu qui est Père, Fils et Esprit-Saint !
Ainsi, lorsque je dis « Que ton nom soit sanctifié », j’évoque et je nomme la foi.
Lorsque je dis « Que ton règne vienne », j’évoque et je nomme l’espérance.
Lorsque je dis « Que ta volonté soit faites », j’évoque et je nomme la charité.
Je me confie à Dieu Père lorsque je prie : « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ». Le Père est providence.
Je me confie à Dieu Fils lorsque je prie : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ». Le Fils est rédempteur.
Je me confie à Dieu Esprit-Saint lorsque je prie : « Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal ». L’Esprit-Saint est mon protecteur, le paraclet.

De grands témoins de la foi au Ressuscité sont reconnus par l’Église comme des saints : Marie de l’Incarnation, François de Laval, Jean XXIII et Jean-Paul II. Leurs témoignages et leurs exemples nous stimulent à nous tourner vers Jésus pour le prier et marcher dans ses pas.
« Il est ressuscité, Alléluia, Alléluia! Oui, Il est vraiment ressuscité! ».

Marc Richer

« Wake-up! » ou « Réveille! »

RicherMarcOn connait ces mots que l’on utilise pour que ça bouge. Il y a quelqu’un que l’on aime beaucoup et qui a lancé ce « wake-up » à deux reprises dernièrement, c’est le pape François.

Échangeant avec les supérieurs généraux de communautés réunis à Rome à la fin novembre dernier, le pape François a lancé cet appel : « L’Église doit être attirante… réveillez le monde! ».

Aux milliers de fidèles réunis Place Saint-Pierre pour la première audience hebdomadaire de 2014, le pape François, dans une catéchèse sur le sacrement du baptême, a demandé : « Que ceux d’entre vous qui savent la date de leur baptême lèvent la main ! » Et le pape de poursuivre en disant : « Nous devons réveiller la mémoire de notre baptême. »

Célébrant l’eucharistie dominicale dans deux communautés paroissiales, j’ai mis l’assemblée au défi de réveiller la mémoire de leur baptême. Partant de mon baptême célébré le dimanche 31 août 1952 à la Cathédrale de Mont-Laurier par l’abbé Claude Roy, des dizaines de paroissiens m’ont confirmé leur désir et leur démarche de mettre la main sur les informations concernant leur propre baptême.

En ce temps où nous proposons en Église des chantiers d’évangélisation et de catéchèse, que diriez-vous de faire la quête de votre histoire : qui suis-je, d’où je viens et où je vais ?  À la suggestion du pape François, cherchez, demandez la date et le lieu de votre baptême. Et même le nom du prêtre qui a célébré votre baptême.

Où en sommes-nous dans notre foi ? En ce début de l’An 2014, il ne me reste qu’à nous souhaiter un bon « Wake-up! ».

Marc Richer

Eh que ça saute !

RicherMarcVous saisissez mon « Eh », et non pas « Et »!

Le cri d’une sirène et trente secondes plus tard : Boom ! Depuis quelques semaines, le personnel de la paroisse Notre-Dame de l’Alliance et des services diocésains travaillent au rythme de la dynamite.Il y a un grand chantier sur le terrain entre le Centre Christ Roi et la Cathédrale à Mont-Laurier. Des travailleurs sont à l’œuvre pour construire la salle culturelle et multifonctionnelle de Muni-Spec et Ville de Mont-Laurier.

C’est l’emplacement où historiquement tout a commencé. Je pense aux premiers colons qui ont ouvert et défriché ce qui était Rapide L’Orignal. Ces bâtisseurs ont alors construit la première église et quelques maisons en contournant l’immense plateau de roc que vous avez certainement remarqué, sur ce qui était le stationnement de la Cathédrale. Que de transformations au fil des années autour de notre Cathédrale. Faut reconnaître que les coups de dynamite permettent de creuser et de donner une fondation solide et durable au futur édifice culturel.

Observant ce chantier, je vous partage ma réflexion à savoir qu’il nous faut consentir à retravailler les fondations et les bases de notre agir ecclésial et du chantier de la transmission de la foi. Les vibrations occasionnées par les charges de dynamite nous dérangent et nous ébranlent ! Va sans dire que, les changements dérangent et ébranlent !

J’ose cette question : est-ce que ma foi et ma prière dynamise et même « dynamite » ma vie et mon engagement ? L’Évangile nous branche sur le détonateur de la Parole du Christ ! Le pape François nous demande d’aller en périphérie pour rencontrer notre monde et proposer le Christ. Pour employer une expression à la mode : Soyons proactifs ! « Passons le flambeau de la foi ! » Passer c’est actif, c’est une invitation à bouger pour transmettre le relais de cette lumière qui nous anime. « La foi, une lumière qui éclaire tout! » C’est le thème que notre évêque Mgr Lortie nous propose pour notre année pastorale.

Alors, «Et bien, joyeusement et dans la foi, que ça saute! »

Marc Richer

« I have a dream ! »

RicherMarcNon, ce ne sont pas les mots : « J’ai fait un rêve » que notre évêque nous partage pour nous encourager dans nos projets ecclésiaux et notre agir pastoral.

Où étiez-vous le 28 août 1963 ? Il y a 50 ans, le révérend Martin Luther King, devant une foule de plus de 200,000 personnes, dont les trois quart étaient noirs, au Lincoln Memorial à Washington, a prononcé le discours le plus connu du XXe siècle : « I have a dream ! ». Ces paroles ont été prononcées après une marche pacifique qui se voulait l’aboutissement d’un mouvement des droits civiques aux États-Unis d’Amérique.

À quelques jours de la nouvelle année pastorale où plusieurs centaines d’entre vous êtes impliqués dans votre communauté paroissiale. À quelques trois mois du dimanche de la fête du Christ Roi le 24 novembre 2013 qui clôturera l’Année de la Foi  promulguée par le pape émérite Benoit XVI pour souligner le 50e anniversaire du début des travaux du Concile Vatican II. À quelques mois également du dimanche 8 décembre 2013 qui marquera la clôture de l’Année du Centenaire du diocèse de Mont-Laurier en la fête patronale diocésaine, soit la fête de l’Immaculée Conception. J’ose ces questions : quel est votre rêve ? Avez-vous un rêve ?

Faisons le rêve que l’Esprit Saint nous réconfortera et nous éclairera pour vivre sereinement un discernement communautaire quant aux orientations et aux décisions à prendre afin de continuer d’être heureux dans nos engagements comme pèlerins sur la route de la foi.

Sommes-nous à un carrefour important quant à l’avenir de notre engagement et de notre bénévolat? C’est le moment favorable de remettre en fonction l’outil proposé par Mgr Lortie pour guider notre vie chrétienne : le GPS! G pour Gratuité. P pour Persévérance. S pour Sagesse.

À l’invitation de notre évêque, choisissons d’être une incarnation vivante de la gratuité, de la persévérance et de la sagesse. Quant à moi, je prie que l’Esprit du Ressuscité soit avec nous pour alimenter notre GPS et nous permette de réaliser notre rêve.

Marc Richer

On retourne chez Madame de Fourvière !

RicherMarcÀ compter de lundi 3 juin 2013 le personnel pastoral et administratif de la paroisse Notre-Dame de l’Alliance vous accueillera au 433 rue de la Madone à Mont-Laurier, soit à l’étage deux de l’édifice de l’Évêché de Mont-Laurier.

C’est comme un retour au bercail, puisque notre ancêtre «Notre-Dame de Fourvière», vocable et patronne de l’église Cathédrale, a habitée à l’Évêché fort longtemps. C’est en 1976 que fût construit le presbytère à l’arrière de l’église Cathédrale, d’autant que fut alors constituée une nouvelle fabrique pour la paroisse Notre-Dame de Fourvière.

Avec les réaménagements paroissiaux, cet édifice est devenu le lieu de travail des prêtres, secrétaires, agentes de pastorale, catéchètes, bénévoles et marguilliers œuvrant pour les communautés Notre-Dame de Fourvière, Cœur Immaculé de Marie, Saint-Jean l’Évangéliste et Saint-Aimé de Lac des Îles, et ce, sans oublier que l’équipe pastorale s’implique avec les prêtres pasteurs dans l’ensemble des onze communautés qui constituent le Secteur Pastoral Mont-Laurier.

Mais tout de même, pourquoi libérer le presbytère ?
Depuis plusieurs années, les autorités de la Ville de Mont-Laurier caressaient le projet de doter la ville et la région d’une salle multifonctionnelle et culturelle. Va sans dire que le centre-ville a toujours été le secteur dans la mire des personnes responsables qui portent ce dossier important pour le développement socioculturel et économique de la Ville de Mont-Laurier et même de la région. Or qui dit « centre-ville » à Mont-Laurier, dit nécessairement aux alentours de la Cathédrale ! Ainsi après des rencontres, des discussions et des négociations entre les parties concernées, le tout approuvé par les autorités diocésaines, un protocole d’entente et un acte de cession dûment notariés ont été signés par la Ville de Mont-Laurier, Muni-Spec Mont-Laurier, la Paroisse Notre-Dame de l’Alliance et la Corporation Épiscopale de Mont-Laurier.

Cette vente et cession concernent un très grand terrain situé entre les édifices de l’église Cathédrale et le Centre de l’éducation des adultes Christ Roi, le tout incluant le 3007 Chemin Chapleau, soit le presbytère, édifice qui sera intégré à la Salle Multifonctionnelle.

 
Où se reloger alors?
Quant au deuxième étage de l’Évêché, cet espace est devenu disponible, suite à la relocalisation du Centre de Financement Desjardins. Les aménagements qui y avaient été faits conviennent tout à fait aux besoins du personnel de la paroisse. Ainsi la Paroisse Notre-Dame de l’Alliance devient le nouveau locataire de la Corporation Épiscopale de Mont-Laurier, et le siège social de la paroisse aura pignon sur rue au 435 rue de la Madone, soit au 2ème étage de l’Évêché de Mont-Laurier.
En cette année du centenaire du Diocèse de Mont-Laurier, la relocalisation de la paroisse mère du Diocèse là où notre histoire a débutée, nous donne de l’enthousiasme pour vivre le thème : « Passons le flambeau de la foi! »
Madame de Fourvière est bien contente de revenir au bercail pour son centenaire ! Au plaisir de vous y accueillir et de vous servir !

Marc Richer

Connaissez-vous Madame de Fourvière?

RicherMarcCette Dame apprécie beaucoup le logo du centenaire de notre diocèse, et particulièrement à son âge, le slogan « Passons le flambeau de la foi! ». Un ami et paroissien d’une communauté locale de notre secteur, Jean-Marie, a reçu d’elle une lettre qu’il nous a lue dimanche dernier. Je vous la partage :

« Chers enfants, croyez-le ou non, je fêterai mes 100 ans dans mes nouvelles fonctions le 21 avril prochain. Je suis vieille, mais je sais encore compter : j’ai commencé ma carrière comme patronne en 1904 et suis devenue représentante de mes semblables le 21 avril 1913.
Mes parents venaient d’Ottawa. Mais je dois également la vie au bon Curé Labelle. Ne partez pas de cancans : y en a qui raffolent des scandales ! La tâche du Curé Labelle fut de faire monter les colons jusqu’ici, et les femmes des colons évidemment. D’où ma naissance, en plein renouveau printanier.
Cents ans, ¸ça se fête ! Je suis malheureusement habituée de fêter un peu seule. Comme on dit, y a p’us beaucoup de monde à messe !
Puisque le Bon Dieu me prête vie jusque là, j’aimerais vous inviter tous à ma fête. J’ai pris une sacrée chance vue le grand nombre d’invitations) : j’ai donc réservé l’Aréna. Y en a qui ont dit que j’étais capotée. Le pire, c’est que je ne sais même plus patiner ! Y en a qui disent qu’au contraire je sais encore très bien patiner devant les médias ! Moi, je suis fière de me tenir encore debout, malgré les jambettes !
Donc, j’aimerais pour mon premier centenaire vous retrouver tous, et heureux, avec moi à l’Aréna de Mont-Laurier dimanche le 28 avril 2013 pour la Grand-Messe à 15h00.
Je vous promets de ne pas vous inviter à mon deuxième centenaire : dans 100 ans, vous aurez tous accroché vos patins ! »
Et c’est signé : Madame de Fourvière*.

Merci Jean-Marie, ton curé…

Marc Richer
* En l’honneur de la patronne de la cathédrale du diocèse der Mont-Laurier; Notre-Dame-de-Fourvière

Je me marie, je ne me marie pas ! Je me marie, je ne me marie pas !

RicherMarcVous vous rappelez, ce jeu enfantin en effeuillant une marguerite ?

Dans les dernières froidures, j’observais avec admiration les beaux petits oiseux qui viennent prendre une petite béquée dans la mangeoire mise à leur disposition. Virevoltant deux à deux, je pensais aux couples de tourtereaux que j’accompagne présentement dans leur démarche vers la célébration du sacrement de leur mariage.

Et oui, en cette période du dénouement par la Cour suprême du débat « Lola/Éric » ou « Éric contre Lola », nous avons, année après année, le bonheur pastoral de célébrer le mariage de gars et filles qui s’aiment, qui veulent le dire tout haut et surtout qui veulent que le Seigneur consacre leur union.

Faut voir le bon coté des choses ! On a jamais autant parlé mariage au Québec ! Bien des couples vivant en union libre, s’informent. Ils prennent acte qu’ils ont des devoirs et des responsabilités, et que l’engagement du mariage pris en toute liberté et sans contrainte, leur accorde de vivre harmonieusement et même avec protection mutuelle.

J’ai lu dans La Presse que le la Cour suprême a ramené tout le monde à la raison et même qu’elle redonne sens au mariage !

Et les enfants dans tout ce débat ?  Les futurs mariés que j’accompagne sont la plupart parents de beaux enfants. La célébration de leur mariage vient solidifier et confirmer la fondation de leur famille dans la perspective chrétienne d’une union pour la vie, et non sur la présomption qu’il s’agirait d’une union temporaire.

Ah ! Qu’ils sont beaux ces tourtereaux !

Marc Richer

%d blogueurs aiment cette page :