Carême et jeûne: privation ou partage?

NdayiragijeGilbertIAu début de ce carême, j’ai demandé à certains de mes amis Lauriermontois ce qu’est le jeûne pour eux. Unanimement, ils m’ont indiqué que le jeûne est un temps de privation ou de sacrifice. Ils se privent de manger de la viande le mercredi des cendres et les vendredis, les desserts, les chocolats, ils se privent même de fumer pendant le carême.

Ils ont voulu savoir comment ça se fait dans mon pays. Après avoir expliqué que dans mon pays les desserts et les chocolats sont rares ou inexistants pour la majorité de la population, j’ai répondu que ce serait insensé de demander aux gens de se priver de quelque chose auquel ils n’ont pas accès. Concernant la viande, beaucoup de personnes n’ont pas de moyens pour s’acheter de la viande régulièrement et peuvent passer plus de 6 mois sans manger un morceau de viande. Là aussi on ne peut pas se priver de ce que l’on ne possède  pas.

Alors j’explique à base de trois exemples  que jeûner c’est se priver de quelque chose que l’on aime pour partager avec ceux qui sont dans le besoin. C’est se priver pour être plus généreux envers les pauvres. Au Grand Séminaire, pendant le carême, certains séminaristes se privaient de manger du pain le matin, de prendre un verre de bière le dimanche pour donner cet argent aux pauvres ou aux prisonniers. D’autres se privaient de faire le sport pour consacrer ce temps à cultiver les légumes, les patates, les tomates qui seront données aux pauvres. Bref, jeûner, ce n’est pas faire des économies mais c’est se priver pour partager, pour être plus généreux et plus attentifs aux pauvres.

Gilbert Ndayiragije

Trans – figurés!

Nous sommes en plein carême depuis le 22 février…  L’évangile de dimanche dernier nous présentait Jésus glorifié avant même sa mort?  Qu’est-ce que cela signifie?  Le sens premier du mot ¨transfiguré¨ est ¨métamorphosé¨ c. à d. transformation profonde…  Pour Jésus, cela semble se faire instantanément, pour édifier les apôtres et surtout pour les amener à reconnaître Qui Il est… 

Mais, est-ce que cela nous concerne, nous, pauvres mortels, qui cheminons sur la terre du mieux que nous le pouvons avec nos limites et souvent nos faces allongées bien plus que transfigurées?  Autrement dit, avec de vraies « faces de carême ».  Au temps de ma jeunesse, cette expression voulait dire quelque chose;  bien sur, cela référait à cette période qu’il fallait vivre dans la pénitence, plus ou moins consentie, qui ne laissait pas beaucoup de place à la joie et aux grands rires, si ce n’est, en Gaspésie,  à la ¨mi-carême¨ qui se situait justement en plein milieu de ce temps de quarante jours, comme une relâche…  et qui donnait lieu à des festivités où des jeunes et des moins jeunes, avec des déguisements divers, allaient de maison en maison, un peu pour faire peur, mais surtout pour recevoir des friandises; un peu comme à l’Halloween… 

Mais la transfiguration de Jésus ne concerne pas seulement son visage ou son apparence extérieure;  c’est plus une transformation en profondeur qui annonce sa résurrection au matin de Pâques…  Pour nous, aujourd’hui, en 2012, sur la planète terre, au Québec, dans le diocèse de Mont-Laurier, cela, curieusement a aussi beaucoup de sens.  Pourquoi?  Oui!  C’est possible d’atteindre le même état de « transfiguré », mais à la différence de Jésus, cela ne se fait pas en un clic, même pas de souris!  C’est l’affaire d’une vie…  Je connais des personnes plus près du terme de leur vie que du début…  et, souvent malgré les apparences, vivent cela dans leur être profond… Elles nous le disent par leurs paroles, mais aussi beaucoup, par leur non-dit, par leur attitude, leur regard ou leur sourire révélant une joie profonde, acquise souvent au prix de beaucoup d’amour, de renoncement, de souffrances… Les apôtres témoins de la transfiguration de Jésus, entendirent une voix venue du ciel qui disait :  « Écoutez-le… »  Et si cette même voix nous disait aujourd’hui à propos des personnes « transfigurées » par l’âge ou la maladie :  « Écoutez-les… »!

Jean-René Sirois

%d blogueurs aiment cette page :