Proclamer la foi en temps du Carême !

DURAN Jorge Luis RiosLe Premier dimanche du carême de la présente année (Année C du lectionnaire) nous trouvons une des premières formules de proclamation de foi que nous présente la bible (Dt 26.4-10), laquelle nous présente d’une manière claire et simple la foi d’Israël: l’expérience d’Abraham et la libération de l’Egypte.

Cette lecture me propose une fois de plus l’exercice de remplir de contenu chaque article de la proclamation de la foi de l’Église (Doctrine des apôtres). Quand je dis « remplir de contenu », je me réfère concrètement à me poser les questions suivantes pour chaque article de la foi:  pourquoi je crois dans cet article de la foi?, et quelle expérience personnelle me fait témoin d’un tel article ?

Par exemple, je voudrais m’approcher au neuvième article de la foi : « Je crois à la sainte Église catholique ».

Maintenant, je me pose la première question : Pourquoi crois-je à « la Sainte Église catholique » ?, Ma première perception est que je crois en l’Église qui est communauté de personnes concrètes avec des noms propres et des expériences singulières qui se réunissent pour partager leurs expériences de vie illuminées par l’Esprit-Saint et pour chercher à avoir une vie en accord avec le Dieu de Jésus-Christ ; communauté d’accueil, d’appui et de solidarité ; communauté de célébration de ce qui est vécu, et de préparation de ce qui s’approche dans la vie; communauté de prière, de louange et d’intercession ; communauté de sanctification, où nous recevons les sacrements qui nous donnent des forces nouvelles de transformation ; communauté Corps du Christ qui est présence du Fils de Marie dans notre monde d’aujourd’hui : réconfort de celui qui souffre,  joie de celui qui est triste, libératrice des opprimés, vie de celui qui meurt…

Ensuite, quelle expérience personnelle me fait témoin de « Je crois à la sainte Église catholique » ? Les expériences sont nombreuses et de toutes les envergures. Toutefois, je voudrais aujourd’hui témoigner à partir d’une des plus simples, mais non moins importante: l’Église, communauté d’accueil. Si je suis témoin d’une Église qui accueille, parce que l’Église m’a reçue comme être humain, avec mes forces et mes faiblesses, m’a reçue comme Fils de Dieu, en me partageant sa mission et son appel au bonheur, elle m’a reçue comme ministre, en me donnant l’occasion de servir différentes communautés dans différents lieux de l’Amérique et aujourd’hui me reçoit de manière spéciale dans notre diocèse, concrétisé dans la communauté de Notre-Dame-de-la-Rouge.

Jorge Luis Ríos Durán

%d blogueurs aiment cette page :