Pour Noël, as-tu besoin d’un sauveur?

RicherMarcUn sauveur : pourquoi ? Pour nous sauver de quoi ?

Il y a au-delà de 2 000 ans, des bergers qui, gardant leurs brebis durant la nuit de la « Nativité », furent fort étonnés d’apprendre une nouvelle venant du ciel : « Aujourd’hui vous est né un Sauveur ! »

Il me semble que nous avons un jour ou l’autre besoin de quelqu’un pour nous aider à passer à travers une épreuve tels la maladie, un deuil, une période de solitude, de dépression, de problèmes économiques, de remise en question dans la vie de couple, etc.

Il faut une bonne dose d’humilité pour accepter d’avoir besoin de quelqu’un. Accepter de ne pas connaître toutes les solutions. Accepter de laisser intervenir quelqu’un d’autre dans nos affaires personnelles.

Pas facile pour bien du monde de nos jours d’accepter d’avoir recours à Dieu!

Pourtant, il faut savoir que Dieu ne veut rien imposer, sinon il ne se serait pas fait petit enfant dans une crèche. Et quel est son désir ? Nous indiquer un chemin de vie qui part du cœur de son cœur, et qui rejoint le cœur de l’être humain.

À preuve, en ce temps des Fêtes, les élans de partage et de grande charité qui sont médiatisés, ou encore accomplis dans la plus grande discrétion. Oui, il se vit beaucoup de partage et d’entraide dans les communautés de notre région! Et ce, dans une période d’incertitude pour beaucoup de travailleurs et de gens d’affaires.

Je suis touché de lire les hebdos régionaux de notre diocèse et d’y apprécier ce qui se fait et se vit en terme d’activités de levée de fond, de guignolée, de repas communautaires. Bravo à tous les bénévoles, et merci à toute personne qui a pu contribuer, même modestement.

Je vous reviens avec la question d’introduction : « As-tu besoin d’un sauveur ? » Une réponse à cette interrogation : les mots de l’évangile de Luc que nous entendons à la messe du 24 décembre : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui vous est né un Sauveur ». Luc 2, 10-11

Alors, comme la fête de Noël est le temps d’une bonne nouvelle, permettez-moi de vous offrir quatre vœux pour ce Noël 2016, en m’inspirant de ces mots d’Évangile.

D’abord, se faire dire « ne craignez pas » voilà un très beau vœu d’encouragement. N’ayons crainte des contradictions et des difficultés que nous rencontrons dans notre quotidien.

Ensuite, se faire dire « je viens vous annoncer une bonne nouvelle » voilà un très beau vœu d’espérance. Quant dans notre quotidien la misère, les déceptions et les injustices peuvent nous faire vivre dans le désespoir, le ciel vient nous redonner cet espoir qui nous semble perdu.

Également, se faire dire qu’il y a « une grande joie pour tout le peuple », voilà un autre très beau vœu de joie. Quant dans notre quotidien il y a de la maladie, de la solitude, un deuil, du chômage, et que ces réalités amènent de la tristesse, de l’angoisse et même des dépressions, tournons-nous vers l’Enfant de la crèche, car Il veut apporter sa joie, et même nous redonner la joie de vivre.

Enfin, entendre « aujourd’hui vous est né un Sauveur », ces mots résonnent le vœu d’avoir une belle qualité de vie. Le petit enfant couché dans la crèche, comme les tous petits de nos familles, nous disent l’importance et la valeur de chaque personne humaine. Chacun de nous a une valeur infinie. Toute personne est une histoire sacrée.

Je souhaite que ce Noël 2016 apporte du courage, de l’espérance, de la joie et une belle qualité de vie. Que sur nos chemins de joie, ou parfois même de chagrin, Celui que l’on célèbre à Noël, nous accompagne de sa présence, puisque, nous pourrions avoir effectivement besoin d’un sauveur !

Je souhaite que Noël 2016 change un petit quelque chose en nous et transforme le milieu dans lequel nous vivons.

Quelle que soit notre façon de fêter Noël, le ciel nous fait signe : « Gloire à Dieu…Paix aux hommes qu’il aime ! »

Joyeux Noël ! Que nos mots tournent à la tendresse.

Joyeux Noël ! Que nos mains se tendent et que nos partages aient le goût de la générosité.

Joyeux Noël ! Qu’il y ait place à notre table pour celle ou celui qui nous est proche, comme pour l’éloigné.

Que Noël 2016 nous soit une naissance, un recommencement, un signe de Dieu.

Marc Richer