Carême des chrétiens et Ramadan des musulmans, des jeûnes identiques pour des sens différents !

RicherMarc« La Parole est un don. L’autre est un don. », c’est le thème du message du Pape François pour le Carême 2017. Le Pape insiste sur la nécessité d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre. L’événement tragique vécu à la mosquée de Sainte-Foy à Québec le 29 janvier dernier, tout comme les autres attentats perpétrés de par notre monde à l’encontre de nos frères et sœurs musulmans, me conduisent dans le respect, vers une quête de savoir afin de mieux comprendre leur foi. En communion avec le Pape François, avec vous je veux profiter du Carême 2017 pour effectivement ouvrir la porte de mon cœur à une personne que je côtoie et qui ne pratique pas nécessairement sa foi comme vous et moi le faisons.

Vous saviez qu’Abraham, pour tous les croyants en un seul Dieu, est notre grand-père et notre ancêtre dans la foi ? Eh oui, la foi d’Abraham devrait pourtant unir les croyants et croyantes des trois grandes religions monothéistes que sont le christianisme, le judaïsme et l’islamisme ! D’ailleurs, les trois religions monothéistes proposent aux croyants que nous sommes, de vivre un temps de ressourcement spirituel : le Carême pour les chrétiens ; le Ramadan pour les musulmans ; le Yom kippour pour les juifs.

Dans la conjoncture des événements qui nous ont bouleversés dernièrement, et dans la perspective de mieux comprendre ce que vivent nos frères et sœurs musulmans, je m’en tiens à évoquer notre Carême et le Ramadan. Cette distinction est importante, car il semble facile de comparer notre Carême au Ramadan des musulmans. Il y a une signification propre pour ces deux temps que l’on associe particulièrement à une période de jeûne. Mais il importe de saisir toute la différence et de se recentrer sur le cœur de nos démarches.

La ressemblance des deux démarches conduit facilement à utiliser le vocabulaire chrétien qui nous est familier en parlant du « carême » des musulmans. Cette confusion du vocabulaire n’est pas sans signification. Nos pratiques ainsi désignées par le même mot n’en demeurent pas moins très différentes.

Pour nous chrétiens, le Carême est la période de préparation à la fête de Pâques. Comme le peuple hébreu avait vécu au désert pendant quarante ans avant d’atteindre la terre promise, nous faisons de notre mieux pour vivre quarante jours afin de nous préparer à renouveler et à raffermir notre foi au Christ ressuscité. Le Carême chrétien une très belle démarche vers Pâques qui favorise également l’accueil de la miséricorde de Dieu, que nous sommes particulièrement invités à vivre par le sacrement du Pardon. On sait bien en 2017 que, depuis plusieurs années les privations dans le boire et le manger se sont adoucies, car l’insistance est plus forte sur la conversion intérieure et le partage.

Chez nos frères et sœurs musulmans, les fêtes de l’Islam, à l’inverse des fêtes juives ou chrétiennes, n’ont pas pour but d’évoquer l’histoire passée ou à venir. Le Ramadan n’est pas la préparation d’une fête, ni le souvenir d’un événement. C’est une pratique commandée par le Coran. Comme pour la plupart des pratiques de l’Islam, c’est d’abord la vertu d’obéissance qui est appelée à s’exercer par le jeûne. Face à Dieu, l’homme se remet à sa place d’humble adorateur. Le mois du jeûne qu’est le Ramadan comporte pour les musulmans une attention renouvelée à la lecture du Coran. Le mois du ramadan est une occasion de plus grande ferveur dans les mosquées par la prière et par les enseignements qui sont donnés aux fidèles.

De ce point de vue, le Ramadan, comme notre Carême, sont un temps de conversion et de retour à la prière. Le Ramadan dure le temps d’un mois lunaire, soit 28 ou 29 jours. En 2017, le ramadan se vivra du 27 mai au 26 juin prochain. Quant à nous chrétiens, le Carême a débuté le 1er mars, soit le Mercredi des Cendres ; et le Jour de Pâques sera célébré le 16 avril prochain.

Si la compétition n’est pas de mise entre nous, la ferveur des croyants musulmans qui jeûnent et prient plus fidèlement pendant cette période pourrait susciter une émulation pour nous chrétiens ! Alors, chers amis lecteurs et lectrices du blogue des prêtres, profitons du Carême 2017 pour revoir notre façon d’être plus fidèle à notre foi catholique, à l’assiduité à la prière personnelle et communautaire, et à notre générosité pour suivre le Christ et pour mieux vivre la joie de l’Évangile !

Marc Richer